La vérité de Ninja -Encyclopédie ninja-

L'histoire des ninjas et du feu

La relation entre les ninjas et le feu est particulièrement profonde. L'introduction au Japon des armes à feu en provenance de l'Occident eut lieu en 1543. Un navire chinois ayant à bord deux Portugais dériva sur l'île de Tanegashima (種子島). Les Portugais vendirent deux fusils aux seigneurs de Tanegashima. Comme c'était justement durant l'ère des provinces en guerre, les armes à feu s'étendirent rapidement à travers tout le Japon.
Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, les ninjas connaissaient très bien la poudre à canon et les bombes des centaines d'années avant cette époque. Cela vient probablement du fait que certains ancêtres des ninjas venaient du continent, où la production de poudre à canon et la fabrication d'acier étaient développées depuis très longtemps. Avec l'introduction des fusils, les ninjas, en tant que spécialistes des armes à feu, devinrent très demandés.
Au début, la poudre à canon était faite de salpêtre (nitrate de potassium), de soufre et de charbon. Au Japon, il est possible de trouver du soufre et du charbon, mais pas du salpêtre, et les ninjas durent faire preuve d'ingéniosité pour en fabriquer un substitut. Ils firent fermenter des végétaux et du fumier afin de pouvoir extraire le salpêtre de cette mixture fermentée. Les armes à feu utilisant cette technologie étaient tout aussi efficaces que celles d'Europe de la même époque.

Les armes à feu et les explosifs

Vous pensez peut-être que l'alliance des ninjas et des armes à feu est inhabituelle vu que ceux-ci étaient des espions classiques et mystérieux alors que les armes à feu sont modernes. Cette vision est déformée par notre perception moderne qu'à cette époque, les ninjas étaient les technocrates contemporains en ce qui concerne les armes et les opérations de renseignement. On peut dire qu'ils étaient l'équivalent des meilleurs espions de la CIA ou du MI6 de nos jours, comme 007. Il est normal que les ninjas aient été très au courant des dernières armes de l'époque. Intéressons-nous aux armes concrètes que les ninjas créèrent et utilisèrent.
Tout d'abord, les armes à feu des ninjas étaient plus proches des canons d'artillerie que des fusils, car elles étaient beaucoup plus grandes qu'un fusil. En ces temps, les armes à feu étaient des articles de valeur et de plus, elles étaient grandes et lourdes. De ce fait, il était difficile pour les ninjas d'accomplir leurs missions tout en portant ce type d'armes. Pour cette raison, ils créèrent des armes à feu jetables et improvisées. Bien que les ninjas sachent naturellement se servir des armes à feu classiques, ils n'étaient pas comme des soldats et ils cherchaient plutôt à piéger ou à embrouiller leurs ennemis. Les ninjas n'avaient pas nécessairement besoin de blesser leurs ennemis, il leur suffisait de les surprendre, et les coups infligeant de vraies blessures n'étaient qu'un bonus, pas forcément une nécessité.
Vous vous demandez peut-être en quoi étaient faites les armes à feu des ninjas. Au début, elles étaient faites de tuyaux composés de bois, de bambou, de papier et de cuir. Dans les tuyaux, on bourrait de la poudre à canon, de la terre, des morceaux de ferraille, des petites pierres et des petits clous. Dans presque tous les cas, on ne pouvait les utiliser qu'une seule fois mais c'était suffisant. Le but des armes à feu était de tromper les ennemis en leur faisant croire que des troupes militaires armées approchaient. C'était un coup de chance si les ennemis étaient blessés par le contenu des armes à feu.
Les ninjas utilisaient des bombes que l'on appelle aujourd'hui des grenades. Elles se nommaient « hôroku-hiya » (焙烙火矢). C'était une sphère d'une circonférence d'environ 120 mm et d'un poids d'environ 500 g. À l'intérieur de la boule, on entassait fermement de la poudre à canon, des morceaux de ferraille et des petits clous et on ficelait avec une mèche. Selon la taille de la mèche, les ninjas pouvaient régler le moment de l'explosion. En bref, c'était une sorte de bombe à retardement.
Une autre arme à feu ninja que nous devons vous présenter est le « torinoko » (鳥の子). C'était également une sphère, d'un diamètre d'environ 50 mm et d'un poids d'environ 20 g. À l'intérieur du papier dans lequel la bombe était façonnée, on introduisait de la poudre à canon. C'était une sorte de bombe fumigène qui explosait avec de la fumée et un grand bruit. Quand les ennemis étaient pris par surprise et sursautaient à cause du bruit et de la fumée, les ninjas en profitaient pour s'échapper.

Houroku-Hiya(Ninja hand grenades)

Hôroku-hiya

(grenade ninja)

Torinoko(Ninja smoke bomb)

Torinoko

(bombe fumigène ninja)

Les flèches enflammées

Il est certain que les ninjas utilisaient des flèches avec du feu. Les manières d'utiliser les flèches enflammées étaient variées. Les ninjas pouvaient tirer des flèches en feu en utilisant une simple ignition ou ils pouvaient les configurer comme une fusée pour tirer très droit et vite. Ils utilisaient des flèches appelées « ôkuni-hiya » (大国火矢) d'une longueur d'environ 900 mm avec des conteneurs en bambou. Les ôkuni-hiya comportaient deux emplacements pour poudre à canon. L'un était pour faire voler la flèche dans les airs, l'autre n'était pas allumé tant que la flèche n'avait pas atteint la cible. Dès que la flèche atteignait la cible, le deuxième réserve de poudre s'enflammait. Les deux conteneurs étaient reliés par une amorce. Comme la distance et l'angle de la cible avaient été calculés, après que la flèche ait atteint l'objectif, la flèche commençait à brûler. Bien sûr, dans la plupart des cas, les cibles étaient généralement le château ou la résidence des ennemis et non pas les ennemis eux-mêmes. Comme les humains ont naturellement peur du feu, on peut considérer que si les ninjas arrivaient à infliger la peur à leurs ennemis, leur mission était accomplie.

Ohkuni-hiya(Ninja fire arrows : Two-Gunpowder type)

Ôkuni-hiya (flèche enflammée ninja : type avec deux réserves de poudre)

 

Ohkuni-hiya(Ninja fire arrows : One-Gunpowder type)

Ôkuni-hiya (flèches enflammées ninja : type avec une seule réserve de poudre)