La vérité de Ninja -Encyclopédie ninja-

Ninja et makibishi

Ninjas dispersant des makibishi

Ninjas dispersant des makibishi


Nous pouvons voir ici encore un contraste intéressant entre les ninjas et les samouraïs. À présent, je vais parler de la « fuite ». Un samouraï étant un genre de soldat, fuir sous le feu de l'ennemi était la chose la plus humiliante qu'il pouvait faire. Quand son supérieur le découvrait, il était exécuté. Mais dans le cas du ninja, qui était un genre d'espion, la fuite était l'un des aspects les plus importants d'une mission. Celle-ci se révèlait en effet vaine si le ninja se faisait capturer, même s'il avait réussi à réunir de précieuses informations. Toute information volée par un ninja n'avait de sens qu'une fois qu'elle avait été communiquée à son maître. C'est pourquoi les ninjas se sont entraînés à la technique de fuite dans le cadre du Ninjutsu. C'est ce qu'on appelle le « Tonso-jutsu (遁走術) ». Disperser des makibishi devant leurs ennemis au cours d'une fuite s'inscrit dans cette technique. Un makibishi est une sorte de minuscule rivet. C'est un cube composé de nombreuses pointes acérées. Quand on les placent au sol, une ou deux pointes sont orientées vers le haut. Quand des ennemis lancés à la poursuite d'un ninja marchaient sur des makibishi, ceux-ci les blessaient en s'enfonçant dans leurs pieds et les empêchaient de continuer à poursuivre le ninja. Durant la période des Royaumes Combattants, les Japonais portaient généralement des sandales de paille. Ce type de chausses pouvait être facilement transpercé par un makibishi. Lors d'une mission, les ninjas préparaient quelques makibishi et les plaçaient dans un tuyau de bambou. Cependant, on pense que les ninjas dispersaient les makibishi avant leur mission, et non pendant leur fuite. Les ninjas ne pouvant porter qu'un nombre limité de makibishi, ils devaient être placés ensemble sur une petite surface. On suppose que les ninjas se souvenaient de l'endroit où ils avaient placé leurs makibishi, et qu'ainsi ils pouvaient éviter de poser le pied sur eux pendant leur fuite.

Makibishi1 Makibishi2 Makibishi3

Makibishi en fer de type tétrapode

Types de makibishi

Il existait différents types de makibishi : en fer, en bois ou en fruits secs. Le type le plus célèbre est sans doute celui en fer. La taille de ces makibishi était comprise entre 30 et 40 mm, et ils pesaient 5 grammes. Il y en avait en forme de pyramide, de tétrapode ou avec des pointes acérées. C'est ce dernier type de makibishi qui était le plus efficace, car il pouvait percer profondément le pied d'un ennemi. De plus, les pointes étant en forme de vagues, comme une lame de scie, elles s'enfonçaient dans le pied d'un poursuivant ayant marché dessus, et celui-ci avait donc beaucoup de mal à s'en débarrasser. Il lui était ainsi presque impossible de se tenir debout, sous peine de vive douleur. En réalité, les makibishi en fer n'étaient pas utilisés très souvent car les techniques de fonte de l'époque rendaient leur fabrication difficile. Le fer était aussi très cher. Les makibishi en bois ou en bambou étaient donc fréquemment utilisés à la place.

Châtaigne d'eau

Au fait, le terme « Bishi (びし 菱) » désigne la châtaigne d'eau en japonais. « Maki (まき 撒き) » signifie « disperser ». À la base, les makibishi étaient faits avec des châtaignes d'eau. Ces fruits sont par nature très solides. Séchés au soleil, ils deviennent plus fermes et suffisamment durs pour transpercer la peau d'un homme. De plus, leurs graines pouvaient être mangées. On pense que ce type de makibishi était le plus courant. Généralement, on ne considérait pas les makibishi comme des armes mais les ninjas étant pleins de ressources, c'est l'utilisation qu'ils en faisaient. Aujourd'hui encore, on peut voir des châtaignes d'eau sur les voitures. Cela prouve que malgré leurs ressources limitées, les ninjas se servaient de tout ce qu'ils avaient à leur disposition, faisant preuvre d'adaptabilité et de créativité.